Nos experts sont disponibles au 05 59 45 57 06

FrançaisEnglishEspanol

10 choses que vous ne savez probablement pas sur les moustiques

10 choses que vous ne savez probablement pas sur les moustiques

 

Tout le monde connaît la sensation désagréable d’une piqûre de moustique… et le bourdonnement caractéristique de cet insecte qui gâche parfois nos soirées d’été. Mais que savez-vous vraiment des différents types de moustiques, des risques engendrés par leur piqûre ou de ce qui les attire ou les repousse ? Voici dix choses que vous ne saviez sûrement pas à leur propos ! 

 

 

 

1. Il existe des milliers d’espèces de moustiques

 

On recense plus de 3 000 espèces différentes de moustiques à travers le monde, mais seulement 6% piquent les humains ! Pas moins de 47 espèces sont présentes en France métropolitaine.

 

 

2. Seules les femelles piquent

 

Les moustiques se nourrissent du nectar des fleurs et des plantes. Mais les femelles ont également besoin de sang, source de protéines, afin de permettre la maturation de leurs œufs (elles peuvent en pondre jusqu’à 300 à la fois !). Suivant les espèces, les femelles moustiques se nourrissent de sang animal ou humain, en plantant leurs stylets dans les vaisseaux sanguins, et en injectant de la salive pour anesthésier et un antigoagulant pour que le sang passe dans leur trompe.

 

 

 

3. C’est l’odeur de notre sueur qui attire les moustiques

 

Grâce à son odorat, le moustique détecte la sudation de la peau à près de 50 mètres ! Et ce qui l’attire en particulier, c’est le dioxyde de carbone rejeté lorsque nous transpirons, mais aussi certaines molécules comme l’acide lactique et l’octénol, présents dans la sueur.

Ainsi, les personnes qui ont fait du sport, les femmes enceintes (parce que la composition de leur sueur change, que la température de leur corps augmente), les personnes en surpoids, celles qui ont bu de l’alcool ou les malades qui ont de la fièvre ont plus de chance de se faire piquer puisqu’elles dégagent plus de CO2.

La génétique influe également sur notre odeur corporelle, ce qui expliquerait que certaines personnes soient plus sujettes aux piqûres que d’autres.

 

 

4. Le moustique est l’animal le plus meurtrier au monde

 

Serpent, scorpion, requin… Vous vous attendiez certainement à un animal plus impressionnant ? Et pourtant, c’est bel et bien le moustique qui est à l’origine du plus grand nombre de morts chez les humains, tuant chaque année plus de 700 000 personnes, en transmettant, par sa piqûre la malaria (aussi connu sous le nom de paludisme). Parmi les espèces en circulation en France, 12 sont considérés comme potentiellement dangereuses et font l’objet d’une surveillance particulière.

 

 

 

5. Le moustique existait déjà du temps des dinosaures

 

L’étude d’un fossile de moustique vieux de 100 millions d’années a permis à des scientifiques de savoir que ces nuisibles existaient déjà au temps des dinosaures… Ils sont même soupçonnés d’avoir contribué à leur extinction, en leur transmettant le paludisme.

 

 

6. Non, le moustique ne meurt pas après avoir piqué

 

Contrairement à l’abeille par exemple, la femelle moustique ne meurt pas après avoir piqué sa proie. Au contraire, elle peut se nourrir de sang toutes les 48 heures, après avoir été fécondée ! Chacun de ces repas lui permet de développer une portée de plusieurs dizaines d’œufs (jusqu’à 200), qui peuvent rester viables entre 5 à 10 ans (jusqu’à ce que les conditions de températures et d’humidités soient favorables à leur développement). En moyenne, elle vit 2 mois (elle ne se reproduit qu’une seule fois au cours de sa vie), alors que le mâle ne vit que quelques jours.

 

 

 

7. Porter des vêtements de couleur claire permet de se protéger des moustiques

 

En général, les insectes sont attirés par les couleurs sombres, car ils peuvent davantage se fondre et rester discrets, assurant ainsi leur survie. Porter des vêtements clairs (et longs !) vous protégera des piqûres, tout comme privilégier des tenues amples (car le moustique peut piquer à travers un vêtement moulant).

 

 

8. Les moustiques cherchent l’eau stagnante pour pondre

 

On entend parfois que c’est l’eau qui attire les moustiques. En effet, pour la plupart des espèces, les femelles pondent à la surface de l’eau.

Les œufs flottent alors le temps de développement de l’embryon (environ une semaine en été), avant de donner une larve qui vit dans l’eau, qui deviendra à son tour une nymphe (pendant deux semaines environ), puis un moustique adulte qui quittera la surface de l’eau pour vivre sa vie d’insecte volant.

Ainsi, pour mettre un terme à la prolifération des moustiques, il est bien souvent nécessaire de stopper le développement des larves, en limitant les points d’eau stagnante, ou en traitant cette dernière à l’aide d’une solution sous forme de film.

 

 

9. Les moustiques sont peu attirés par la lumière

 

Si les moustiques que nous connaissons en France piquent davantage le soir, la nuit, à l'aube ou au crépuscule, c’est en réalité parce que ces moments-là leur permettent de mieux sentir l'odeur corporelle. Au final, peu de moustiques sont réellement attirés par la lumière, à l’exception de quelques espèces comme les Culex et Anopheles.

 

 

10. Il existe des répulsifs naturels anti-moustiques

 

Si l’on cite bien souvent la citronnelle comme remède anti-moustique, son efficacité est très relative, et diminue en quelques dizaines de minutes seulement, n’étant, de plus, limitée qu’à certaines espèces de moustiques. En revanche, le pyrèthre, une fleur ressemblant à une petite marguerite est un insecticide naturel à l’effet répulsif efficace contre les moustiques (en attaquant leur système nerveux). Existant notamment sous forme d’aérosol, il permet, par diffusion, d’inhiber les moustiques pour les empêcher de piquer.

 

Vous voilà désormais incollable sur les moustiques, pour mieux vous en protéger !