Nos experts sont disponibles au 05 59 45 57 06

FrançaisEnglishEspanol

Et si l’eau du robinet était contaminée ?

Et si l’eau du robinet était contaminée ?

Savez-vous vraiment ce que contient l’eau que vous buvez ? Une récente étude européenne menée avec des chercheurs français de l’Inserm et de Santé publique France a montré que l’eau du robinet, si elle est considérée comme potable, peut néanmoins s’avérer nocive pour la santé, à cause des traitements chimiques qu’elle subit, et notamment de l’utilisation du chlore.

Des trihalométhanes dans l’eau « potable »

 

Le chlore, on le connaît bien, et notamment pour son odeur ou son goût très prononcé lorsque qu’il est (un peu trop) présent dans l’eau que l’on boit. Mais ce que l’on sait moins, c’est que ce même chlore qui est utilisé par les usines de production d'eau potable pour la rendre propre à la consommation (et notamment éliminer la plupart des microbes, bactéries, virus et germes) est responsable de la présence de trihalométhanes dans notre eau du robinet.

 

Mais qu’est-ce que ces trihalométhanes ? Les THM sont des sous-produits de désinfection de l’eau potable. Autrement dit, lorsque le chlore utilisé pour le traitement de l’eau, entre en contact avec des matières organiques naturelles (végétation, feuilles mortes, etc.) présentes dans l’eau, une réaction chimique a lieu, créant des « sous-produits de chloration » ou SPC (on en dénombre plus de 600 sortes, dont les trihalométhanes, mais tous n’ont pas été étudiés).

 

L’étude européenne Environmental Health Perspectives [1] a en effet révélé que les trihalométhanes contenus dans l’eau du robinet seraient responsables de 5 % des cancers de la vessie dans l’Union européenne (soit 6 551 cas). En 2017, Santé publique France estimait ce chiffre à 18% [2] en ce qui concerne la France.

 

Comment améliorer la qualité de son eau ?

 

Cesser complètement de consommer l’eau du robinet paraît utopique ou en tout cas très peu économique, d’autant que l’on peut aussi bien être exposés aux THM présents dans notre eau en respirant des vapeurs ou en prenant sa douche qu’en la buvant.

 

Une solution pour pouvoir tout de même utiliser votre eau courante sans risque est de la filtrer et ainsi la rendre plus pure et complètement sans danger. Deux méthodes s’offrent alors à vous : la filtration à base de charbon actif, ou le recours à un stérilisateur UV.

 

Les cartouches au charbon actif permettent de filtrer le chlore et les pesticides présents dans l'eau potable à hauteur de 85% environ. Elles équipent de nombreux systèmes de filtration, comme les osmoseurs dans lesquels elle a un véritable rôle de protection de la membrane d’osmose.

 

Quant à la stérilisation par ultraviolets, elle permet elle aussi de désinfecter l’eau et donc d’éliminer microbes, bactéries, virus, moisissures et autres micro-organismes. Elle ne nécessite aucune utilisation de produit chimique et ne laisse pas de résidus des micro-organismes détruits. Les lampes ultraviolettes émettent des radiations dont les basses longueurs d’onde sont connues pour éliminer efficacement les micro-organismes, en modifiant leur structure physico-chimique.

 

Vous pouvez choisir d’installer ces systèmes de filtration à l’arrivée d’eau générale de votre habitation, ou dans une zone spécifique, sous un robinet par exemple, suivant la quantité d’eau filtrée souhaitée.

 

Combiner l’action du charbon actif et celui des ultraviolets est également possible en installant ces deux systèmes à la suite sur votre arrivée d’eau, pour garantir une composition d’eau optimale.

 

 

Grâce à l’installation d’un système de filtration, vous vous protégerez ainsi de la présence de micro-organismes nocifs dans votre eau de consommation, et limiterez ainsi les risques liés à l’exposition aux THM.